Nous connaître  |  Actualités

Actualités

Travaux d'envergure au bloc opératoire

[MÀJ 11/10/18] Le centre hospitalier engage d'importants travaux de rénovation au sein du bloc opératoire. Deux salles d’intervention sont refaites à neuf pour bénéficier de la technologie la plus récente.

Portes automatiques, plafond soufflant ISO 5, table d'opération mobile, postes de travail numériques et encastrés, bras de suspension ergonomique... Deux salles du bloc opératoire sont en travaux depuis cet été pour améliorer davantage les conditions de confort des professionnels de santé. 

Attendu de longue date, ce grand projet de rénovation est rendu possible grâce au soutien financier de l’Agence Régionale de Santé Centre-Val de Loire. Un geste fort qui vient conforter l’offre de santé à Dreux dont l’activité chirurgicale compte plusieurs spécialités d’excellence. 

Après la modernisation des équipements d’imagerie médicale l’an dernier, la reconstruction du bloc vient accompagner la stratégie de recrutement de nouveaux praticiens pour l’avenir.

 

Entretien avec Sylvain Constancias, responsable du service biomédical. 

 

Quelles sont les grandes innovations de ces nouvelles salles?

En premier lieu, deux écrans numé­riques vont être intégrés au mur dans chaque salle. Un des deux écrans est tactile et fait 46 pouces soit 1,20 mètre de long. Cet écran sera utilisé par le chirurgien pour préparer son opération. Il aura par exemple accès à toute l’imagerie du patient qu’il opère et n’aura plus besoin d’extraire les clichés du dossier médical.

L’autre écran sera utilisé par les infirmiers de bloc et les infirmiers anesthésistes pour leur donner accès au logiciel de gestion de bloc avec les élèments de suivi pré et per-opératoires (l’identité du patient, la composition des instru­ments à préparer, mais aussi toute la traçabilité de l’intervention et les temps opératoires).

Ensuite, chaque salle va être dotée d’une nouvelle table d’opération, déplaçable avec de plus grandes amplitudes de posi­tionnement, notamment en hauteur.

Pour la chirurgie de l’épaule, l’hôpi­tal investit dans un bras multiarticulé qui permet de tester les amplitudes de mouvements lors d’opérations de l’épaule sans mobiliser un as­sistant pour le maintien du bras.

Au niveau du traitement d’air, les deux salles seront classées ISO5 (soit quatre salles au total) avec plafond soufflant, c’est-à-dire, un flux vertical de l’air, qui va notam­ment améliorer la qualité de l’air, ce qui est indispensable pour les interventions orthopédiques.

 

En quoi les conditions de tra­vail des équipes vont changer avec ces nouveaux équipe­ments ?

C’est un bénéfice pour tous les corps de métiers en termes de confort et d’ergonomie. Par exemple, les écrans numériques vont libérer de la place dans la salle et faciliter les déplacements. Les infirmiers n’auront plus d’écran sur chariot tandis que le chirurgien, en plus du grand écran, va bénéficier d’un d’écran de report placé sur un bras plafonnier qu’il pourra position­ner facilement derrière son champ opératoire.

L’éclairage d’ambiance va améliorer le confort visuel.

Les bras des coupoles vont désormais avoir chacun un ancrage différencié pour éviter les effets de ciseaux et permettre un positionnement plus efficace.

Dans chaque salle il y aura un bras anesthésiste qui permettra de positionner les fluides médicaux au plus près du respirateur et de l’anesthésiste sans gêner, une fois de plus, les déplacements des uns et des autres.

Au-delà des conditions de confort, c’est aussi un changement important pour les équipes de net­toyage non seulement parce qu’on va libérer de la place mais surtout parce que les salles auront un sol totalement uniforme puisqu’on va supprimer le pilier central et son embase sur lequel on venait fixer la table d’opération qui était très difficile à nettoyer.

 

Et pour les patients, quels avantages ?

Le patient aussi va gagner en confort. Chaque table d’opération est conçue avec des mousses viscoélastiques à mémoire de forme qui permettent de mieux répartir le poids du patient, et limitent les risques d’escarres no­tamment lors de longues opérations.

 

Voici un aperçu de ce à quoi les futures salles du bloc vont ressembler :